Bien se nourrir

LA QUALITé DES ALIMENTS COMPTE POUR LA GESTION PONDéRALE

an image for news story La qualité des aliments compte pour la gestion pondérale

Pourquoi la qualité prime-t-elle sur la quantité en matière de régime alimentaire ?

Lorsqu’il est question de contrôler son poids, nous connaissons tous le lien qui existe entre calories et poids. La plupart d’entre nous acceptent d’ailleurs la validité d’une formule mathématique opposant les calories ingérées aux calories brulées.

Pourtant, en théorie, cette formule sous-entend qu’il nous serait possible de maintenir notre poids en absorbant le même nombre de calories, qu’elles proviennent d’un régime riche en sucre et autres glucides raffinés ou de protéines maigres, de légumes verts sains et de bons gras. En vérité, toutes les calories ne se valent pas. Leur qualité est tout aussi importante, voire plus importante, que leur quantité.

En dehors des bénéfices évidents que présente sur la santé un régime alimentaire basé sur la seconde solution (plus grande consommation de vitamines et de minéraux, meilleure qualité globale de l’alimentation, etc.), d’autres facteurs entrent en jeu et viennent compliquer cette équation mathématique.

S’il est certes vrai qu’« une calorie reste une calorie », les chercheurs du département de nutrition de la Harvard School of Public Health ont démontré que la qualité est aussi déterminante que la quantité dans la gestion du poids. [1]

Menée sur plus de vingt ans, cette étude a suivi plus de 120 000 hommes et femmes en bonne santé. Les résultats ont révélé qu’au-delà du nombre de calories, c’est la qualité des calories consommées qui est à l’origine des variations de poids. Les calories provenant d’aliments transformés plus riches en amidon, en lipides, ainsi qu’en céréales et en sucres raffinés, sont davantage responsables de la prise de poids que les calories issues d’autres sources. En outre, un groupe d’aliments en particulier a été associé à un régime alimentaire équilibré : les légumes, les céréales complètes, les fruits, les fruits à coque et les yaourts.

Cette recherche montre combien il est important d’opérer les bons choix lorsqu’il s’agit de la qualité des aliments consommés.

Le rôle de la génétique et du mode de vie

Votre patrimoine génétique et votre environnement peuvent tous deux avoir une incidence sur la quantité de calories consommées et utilisées comme source d’énergie, ainsi que sur la quantité de calories stockées. Votre physiologie affecte la vitesse à laquelle vous brûlez les calories et votre dépense énergétique au repos, au même titre que les associations d’aliments que vous mangez. Ces facteurs sont déterminés par vos gènes dès le moment de votre conception et restent valables tout au long de votre vie. La Harvard Medical School affirme que plus de 400 gènes différents sont liés aux causes de la prise de poids. [2] Ces gènes jouent divers rôles : augmentation de l’appétit, détermination du métabolisme, maîtrise ou déclenchement des fringales…

Tandis que la génétique constitue le facteur interne responsable des changements dans notre corps, les influences environnementales en sont les facteurs externes : le niveau de stress et les habitudes, comme regarder la télévision au lieu de pratiquer une activité physique, jouent tous un rôle dans la qualité de notre mode de vie. Le sommeil contribue lui aussi au maintien d’un poids normal : un manque de sommeil perturbe les hormones qui contrôlent la faim et l’appétit.

Enfin, la qualité des aliments que vous mangez a une forte incidence sur la gestion de votre poids. Si compter le nombre de calories consommées reste une bonne manière de conserver un poids normal, la qualité de l’alimentation ne doit pas être sous-estimée. Un régime alimentaire sain composé de fruits, de légumes, de fruits à coque, de bonnes graisses et de protéines maigres donne à votre corps les moyens de gérer votre poids bien plus efficacement.

[1]. https://www.hsph.harvard.edu/nutritionsource/healthy-weight/best-diet-quality-counts/

[2]. https://www.health.harvard.edu/staying-healthy/why-people-become-overweight

Revenir à la liste des publications